Pourquoi consulter un ostéopathe et pas un kinésithérapeute ?

L’ostéopathie et la kinésithérapie sont deux techniques manuelles visant à rétablir la mobilité utile aux mouvements quotidiens. Si on se réfère à cette définition, il est difficile de choisir entre les deux.
Découvrez dans cet article les avantages de l’ostéopathie par rapport à la kinésithérapie, à travers la comparaison de ces deux techniques.

L’ostéopathie, un traitement pour des troubles multiples

Un ostéopathe a une vision globale du corps humain. Ainsi, il fait quelques manipulations sur les articulations, les muscles et les autres structures, tels que le crâne, les viscères, etc., afin de trouver l’origine de la pathologie.
Contrairement à lui, le masseur kinésithérapeute intervient seulement sur la zone douloureuse. En d’autres termes, son intervention est locale. Or, certaines douleurs peuvent provenir d’un problème d’une autre partie du corps.
Le kinésithérapeute ne saura donc qu’atténuer la douleur en ne savant pas sa source. D’où l’importance de faire appel à l’ostéopathie et non pas à la kinésithérapie en cas de mal dont l’origine est inconnue. Cela ne veut, en aucun cas, dire que cette dernière technique est inutile et inefficace. Elle présente aussi ses intérêts.
• Les bienfaits de la kinésithérapie
Le kinésithérapeute est le spécialiste en matière de rééducation. Il est ainsi très sollicité après une fracture ou une entorse. Il prend également en charge les personnes victimes de troubles neurologiques, d’un AVC, de rhumatismes ou de troubles respiratoires.
• Quand consulter un ostéopathe ?
Un ostéopathe en urgence ou en cabinet traite:
– Les douleurs aiguës
– Les problèmes digestifs
– La dorsalgie
– Les cruralgies
– Le torticolis
– Les vertiges
– L’insomnie et l’anxiété
– Les sinusites
– Les plagiocéphalies, le reflux et les coliques des nourrissons
– Etc.

L’ostéopathie : un traitement passif

L’ostéopathe n’utilise que ses mains pour soulager la douleur de ses patients. Il travaille sur la physiologie, la post urologie, la mobilité et le biomécanisme, en manipulant les structures musculaires, viscérales et articulaires.
Ces mouvements suffisent généralement à libérer le malade de sa pathologie. Le thérapeute peut quand même demander à son patient de faire certains exercices ou mouvements, mais cette activité reste marginale. Donc, en ostéopathie, le patient est passif.
Au contraire, le kinésithérapeute utilise souvent des techniques instrumentales (un matériel de musculation, balnéothérapie, crèmes, ultrasons, éléctrophysiothérapie,…), en plus des techniques manuelles (ponçage, massages,…).
Il se concentre notamment sur le système musculo-tendineux et le traitement peut être, dans ce cas, actif ou passif. Cependant, la plupart du temps, le patient doit être actif, c’est-à-dire qu’il doit réaliser des exercices pour sa rééducation ou le renforcement de son muscle.

La différence tenant à la durée du traitement

En termes de prix, une séance de kinésithérapie est nettement moins chère qu’une consultation d’un ostéopathe. Une séance d’ostéopathie coûte en moyenne entre 50 et 90 euros en France. Or, le tarif d’une consultation chez un kiné est seulement environ de 16 euros.
Cependant, si l’intervention de l’ostéopathe est plus ponctuelle, il est possible que vous aurez besoin d’aller chez un kinésithérapeute 10, 15, voire 30 fois ou plus, pour le même problème. Donc, sur le long terme, l’ostéopathie est la plus rentable.

L’ostéopathie : prises-en charge par la mutuelle

De nombreuses personnes sont réticentes à l’idée de consulter un ostéopathe parce que ce traitement n’est pas remboursé, contrairement à la kinésithérapie. Cette dernière est, en effet, prises-en charge à 60 % et ce sont les mutuelles qui vont les compléter.
L’ostéopathie n’est prise en charge que par les mutuelles. Cependant, il ne faut pas oublier que l’ostéopathie est moins chère que la kinésithérapie, du fait de la durée du traitement. Le patient n’aura donc, à la fin, à payer qu’une petite somme pour cette intervention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *