Que faut-il savoir sur les médecines alternatives ?

Les médecines alternatives ne sont pas enseignées en faculté de médecine. Toutefois, elles sont de plus en plus utilisées en milieu hospitalier en complément à la médecine traditionnelle pour soigner bien des maux. On peut également parler de médecines naturelles ou médecines douces, même si l’ordre des médecins préfère utilisent les termes de médecines alternatives et complémentaires. L’OMS a recensé jusqu’à ce jour jusqu’à 400 médecines alternatives, certaines plus connues que d’autres.

Quelles sont les catégories de médecines alternatives ?

Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’aromathérapie, de la phytothérapie, de la naturopathie, de la gemmothérapie ou encore de l’ostéopathie. La liste est très longue, mais l’OMS a créé quatre groupes pour les catégoriser. D’abord, il y a les thérapies biologiques qui utilisent des produits naturels. Parmi elles, l’on trouve la phytothérapie qui utilise les plantes et l’aromathérapie qui utilise les huiles essentielles. Puis, il y a les thérapies manuelles comme la chiropraxie et l’ostéopathie. Ensuite, il y a les thérapies corps-esprit comme la sophrologie et l’hypnose. Enfin, il y a les systèmes complets qui mènent vers la guérison comme l’acupuncture ou l’homéopathie.
Les thérapeutes suivent des formations spécifiques et obtiennent des diplômes avant de pratiquer l’une de ces médecines alternatives. Cependant, la plupart de ces métiers ne sont pas encore encadrés et les soins ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie. Il y a quand même une exception avec l’acupuncture et l’homéopathie qui sont pratiquées par des médecins. Certaines médecines bénéficient également d’une prise en charge partielle comme l’hypnothérapie et l’ostéopathie.

Pourquoi recourir aux médecines alternatives ?

Il existe beaucoup de profils de patients qui ont recours aux médecines alternatives. D’après les praticiens, il s’agit des personnes qui ont perdu espoir en la médecine conventionnelle. Puis, il y a les personnes qui craignent les effets secondaires de la médecine traditionnelle et souhaitent se tourner vers des méthodes plus naturelles. Mais, les médecines alternatives séduisent surtout les personnes qui souffrent de maladies chroniques, des maux ayant des causes multiples et des troubles mentaux comme le stress, l’anxiété et l’insomnie. De plus en plus de médecins pratiquent une médecine alternative en complément de la médecine conventionnelle et non en substitution. Par exemple, on propose l’acupuncture en maternité pour apaiser les douleurs de l’accouchement.

L’efficacité des médecines alternatives

Comme vous pouvez le voir sur ce site, les médecines alternatives peuvent être utilisées en prévention ou en guérison. Certaines sont utilisées en exclusivité pour soigner une maladie, d’autres sont utilisées pour soulager les symptômes. Or, la plupart des médecines alternatives n’ont pas fait l’objet d’une étude scientifique pour prouver leur efficacité. Quoi qu’il en soit, les témoignages suffisent pour convaincre les patients de recourir à cette méthode. La médecine alternative est également appelée médecine douce, parce qu’elle ne cause aucune douleur lors de l’application ou l’administration. De plus, elle n’entraîne pas d’effets secondaires. Vous ne perdez donc rien à essayer la médecine alternative pour vous soigner. Les produits ou les techniques utilisés sont choisis avec soin en fonction des symptômes observés chez le patient. De plus, les praticiens diffèrent des médecins de par leur grande capacité d’écoute et d’empathie, car la relation de confiance prime dans le traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *